CODE DE DEONTOLOGIE DE L’ARITHMOLOGUE.

PREAMBULE.

Les arithmologues agissant en qualité de spécialistes de la science universelle des nombres et de l’arithmologie holistique et noétique, fournissent, en fonction de leurs connaissances et de l’expérience acquise, des informations permettant à chaque individu de mieux se connaître et augmenter son potentiel énergétique et créateur. Ces praticiens au service de l’humain ne revendiquent pas la pratique de sciences exactes mais possèdent une approche des correspondances entre ce qui résulte de leurs études et des phénomènes du vécu. Conséquemment, l’exercice de leur art, doit impérativement se référer à des valeurs morales qui protègent la  liberté et respectent les spécificités de chacun. Je vous recommande la lecture de mon article intitulé «  voyance ou télépathie » figurant sur ce site internet, qui précise notre philosophie en la matière et la ligne de conduite à adopter. Cette éthique de la profession et les règles qu’elle implique favoriseront le rapprochement et la réunion de tous les praticiens sérieux.

CODE DEONTOLOGIQUE :

-         Article 1 : les arithmologues qui acceptent ce code déontologique, s’engagent à en observer les dispositions lors de l’exercice de leurs activités.

-         Article 2 : le consultant rend service à ses clients en leur apportant grâce à ses dons et connaissances, un ensemble d’informations les aidant à tirer des conclusions afin de s’orienter, d’exercer leur libre arbitre sous leur seule responsabilité. Le consultant ne dit pas la « bonne aventure » et ne fixe pas le devenir de son client. Il présente à ce dernier des probabilités, des tendances et des projections basées sur le passé et le présent, permettant en fonction de ses lignes de forces (atouts) et faiblesses de mieux appréhender et envisager l’avenir. Toute prévision a un caractère relatif dont la portée doit être prise en considération puisqu’elle constitue la finalité de l’opération.

-         Article 3 : le consultant doit posséder une bonne culture générale, se prévaloir de connaissances pratiques dans son domaine d’intervention. Il s’engage à respecter les croyances philosophiques de ceux qui le consulte. Il s’abstient de toute démonstration excessive et de promesses « miraculeuses » sans fondement. Il dispense son savoir sans prétention ni dogmatisme. Il s’interdit toutes pratiques contraires aux lois du pays où il exerce.

-         Article 4 : le consultant perçoit une rémunération dont il fixe le montant et en informe le client avant la prestation.

-         Article 5 : par déférence pour son client et la profession, le consultant n’abuse en aucune manière de la confiance et du pouvoir que lui confère ses connaissances. Il respecte le secret professionnel. Il contribue à la bonne image et au rayonnement de la profession et a de bons rapports avec ses collègues.

-         Article 6 : un label utilisé sous mon contrôle qui garantit à la clientèle le sérieux des consultations et les qualités professionnelles sera délivré.

Vidéo : la table d'émeraude