Voici ce qu’écrivait l’un des nombreux contributeurs en la matière :

 

« Il importe de ne pas confondre la science des nombres et la science mathématique car elles ne sont pas du même niveau de la connaissance.  La première nous apprend la signification, les propriétés, l’essence de chaque nombre. La seconde nous enseigne la manière de les combiner dans des opérations destinées au calcul des valeurs quantifiables dans tous les domaines où il y a des grandeurs mesurables. Je spécifie bien cette différence afin que des mathématiciens scrupuleux ne me reprochent pas de confondre le rapport mathématique 1,7 et le nombre 17 ou les nombres 1 et 7 qui ont des valeurs symboliques. L’addition ou la réduction théosophique (la réduction numérique) n’est pas une opération mathématique. Mais, utilisée dans la preuve par 9 comme un moyen de vérification pratique, nous y trouvons aussi une facilité pour arriver, par un chemin parallèle à celui de l’arithmétique, à l’expression d’une même vérité. Il serait absurde de considérer que,  à la virgule près,  1,7 et 17 sont un même nombre. Cependant, au niveau supérieur de la symbolique, l’identité des nombres nous permet de trouver dans les deux expressions, le même code, la même signature, authentifiant la présence du même maître d’œuvre ».

Tout est Nombre. Le fonctionnement de notre univers complexe peut être compris simplement à partir de 32 nombres : astrophysiciens et mathématiciens le démontrent. Ceci s'applique également en arithmologie à l'être humain, raison pour laquelle, j'étudie un bouquet de 33 nombres (le 33ème étant la synthèse des 32 nombres précédents). Consultez impérativement cette vidéo d'Arte : Le grand mystère des mathématiques