L’existence humaine subit ou profite,  selon notre degré de réceptivité, de la loi naturelle des cycles.

 

Constatons objectivement :

 

  • Les périodes de 7 jours et de 7 ans  en biologie. Je développerai complètement lorsque je traiterai du nombre 7 dans un article dédié.

  • La division quaternaire (4), exemples : 4 saisons, 4 points cardinaux, 4 phases lunaires, 4 temps de la journée (matin, midi, après-midi, soir).

  • Tout est cyclique. Citons la précession des équinoxes (durée de 25920 ans divisée en 12 périodes ou ères de 2160 ans, exemples: ére des poissons qui sera suivie de l'ére du verseau), les 2520 jours/années du prophète Daniel (période commençant en
  • 607 av.J.C par la prise de Jérusalem par les babyloniens et se terminant par la guerre céleste et terrestre évoquée dans l'apocalypse ou révélation à partir de 1914, où, selon le texte biblique les forces spirituelles mauvaises sont précipitées sur la terre). Cependant, dans l'hypothèse selon laquelle existe une dégradation cyclique des temps, cela engendre une vision pessimiste conduisant à l'impuissance et à la résignation. A quoi bon lutter si tout est écrit d'avance ? Je préfère et privilégie une attitude positive consistant à lutter et à peser sur notre destin en le maîtrisant avec les moyens fournis par le créateur ou énergie dynamique primordiale. 

Les mouvements astraux (soleil, lune, terre) , les taches solaires qui influent sur la nature, sont cycliques et obéissent à une séquence et à un rythme que mesurent les nombres. Ces derniers régissent aussi la musique, la poésie, les cristaux, les plantes dans leurs cycles , séquences d’évolution et rythmes de croissance ou de décroissance.

 

La tradition pythagoricienne enseigne que les nombres expriment des lois, comme celles-ci sont l’expression de l’harmonie universelle. Raison pour laquelle, Balzac écrivait : « Tout ici-bas n’existe que par le mouvement et le nombre ; le mouvement est en quelque sorte le nombre agissant ».

 

Saint Augustin précisait : « L’inintelligence des nombres empêche d’entendre (comprendre) beaucoup de passages figurés et mystiques des Ecritures….Dans beaucoup de formes des nombres, sont cachés certains secrets de similitude, qui, à cause de l’inintelligence des nombres, restent inaccessibles pour le lecteur. »

 

D’où l’intérêt suscité par ces articles d’étudier la science universelle des nombres : l’arithmologie holistique et noétique.

 

Rédigé en hommage à Théodore Monod. Je vous recommande son livre intitulé « Révérences à la vie » illustrant et soulignant, entre autres, le rôle primordial du nombre 5 dans la nature.

Le nombre 7

Théodore Monod

La tradition primordiale